Analyse anatomique de la position du cavalier

UNE POSITION ASSISE « DEBOUT » DU CAVALIER

La structure anatomique du squelette humain n’est pas conçue pour lui permettre d’être en selle sans effort.
A cheval, la position du cavalier est une position assise « debout ». En effet, quand l’homme est assis, il prend appui sur ses ischions ( os pointus de la fesse) alors que debout, il prend appui sur ses coxo-fémorales ( articulation de la hanche) avec les fémurs ( os de la cuisse) verticaux.
A cheval, le cavalier est appuyé sur ses ischions alors que ses coxo-fémorales doivent s’incliner latéralement. Or, cette inclinaison coûte énormément au corps car le squelette n’est pas fait pour que les plans des ischions et de la hanche se confondent.
Il va y avoir donc une adaptation articulaire et musculaire important afin de se placer à cheval, cette adaptation est un effort énergétique.
Le cavalier ne doit donc présenter aucune restriction de mobilité de la hanche.
position du cavalier position%20de%20face

ROLE DU BASSIN ET DE LA COLONNE VERTEBRALE A CHEVAL

Le bassin est la clef de communication entre le cavalier et le cheval. Si le bassin n’est pas d’aplomb, le centre de gravité cavalier/cheval sera déporté .De plus, le bassin va absorbé 80% du mouvement du cheval qui va alors se propager dans la colonne vertébrale. Les lombaires ( vertèbres du bas du dos au niveau de la cambrure), elles vont absorber les 20% restant
.Le bassin et les lombaires doivent donc être libres de toutes contraintes.
La forme de la colonne vertébrale permet les mouvements d’inclinaison,  de rotation et de flexion/extension. Or, à cheval un autre mouvement existe qui est propre à l’équitation: l’affaissement/grandissement du buste sur lui-même.
Le mouvement permet d’absorber les réactions du cheval et est une forme de souplesse exclusive au cavalier.
Il faudra donc l’entretenir par un suivi et une préparation physique.
position du bassin du cavalier
_ Les genoux et les chevilles vont devoir être libres pour amortir sur le travail en équilibre.
Le fait que le cavalier puisse descendre ses cuisses à cheval, que ses hanches puissent s’adapter et le bassin absorber les contraintes tiennent de l’assouplissement. Cette adaptation et l’assouplissement des lombaires sont les bases de l’assiette qui assure la décontraction du cavalier et le libre emploi des aides tout en économisant les forces du cavalier qui est le but ultime du corps humains quelque soit la situation.

SUR LE PLAN MUSCULAIRE ET PREPARATION PHYSIQUE DU CAVALIER

La pratique de l’équitation est un sport qui est assez complet sur le plan musculaire.
_ Le buste va solliciter autant les abdominaux que les muscles dorsaux dans l’exercice de gainage.
_ le muscle psoas qui va des lombaires à la hanche, va particulièrement être mis en tension lors de l’adaptation des coxo-fémorales et de l’absorption des contraintes au niveau lombaire et du bassin ( peut créer des douleurs dans le pli de l’aine).
_ Le bassin va être pris entre deux feux, entre les abdominaux et les adducteurs qui vont tous deux s’insérer de part et d’autre du pubis.
_ Sur le travail assis, les membres inférieurs assurent la stabilité latérales (moyen fessier).
_ En équilibre, le travail en suspension est permise par les muscles des jambes ( quadriceps et mollets).
_ Il n’y a pas d’intérêt à développer les muscles des bras qui ne doivent pas exercer de traction, seul les muscles des avant-bras, des poignets et des doigts vont exercer des effets de résistance.